Vie de maman

Accoucher par césarienne : témoignage

Temps de lecture : 6 minutes

Les étapes de la diversification alimentaire chez un bébé

diversification alimentaire
idées de cadeaux pour enfant de 1 à 2 ans

Noël : idées de cadeaux pour enfant de 1 à 2 ans

Par Charlotte // 26 octobre 2018

Partage

Accoucher par césarienne n’est pas toujours un choix. Pour ma part notre fille a presque toujours été en siège mais je ne m’étais jamais vraiment posé la question de la césarienne jusqu’à ce que la dernière échographie arrive… On se sent vite perdu, c’est loin d’être une décision facile ou évidente.

Qu’est-ce qu’une césarienne ?

Une césarienne est une intervention chirurgicale qui consiste à inciser la paroi abdominale pour extraire le bébé de l’utérus de la mère.

Quand et pourquoi faire une césarienne ?

Il existe les césariennes programmées et les césariennes d’urgence.

  • césarienne d’urgence

Une césarienne arrive parfois en urgence si le bébé est prématuré, si il est en souffrance, si sa tête descend mal dans le bassin, si le col ne se dilate pas assez, si le terme est dépassé et qu’un déclenchement ne fonctionne pas, si le cordon ombilical est mal placé…

  • césarienne programmée

On peut prévoir une césarienne si un bébé est en siège, si c’est une grossesse multiple, si vous avez un placenta praevia, si vous avez une hypertension artérielle, de l’albumine dans les urines, une crise d’herpès génital, si votre bassin est trop étroit..

Je suis tombée sur un article qui parlait de césarienne de confort, de convenance personnelle. A suivre si cela se fait dans toutes les maternités et pour tout le monde mais j’en doute…

Comment j’en suis arrivée à accoucher par césarienne ?

Ma fille a presque toujours été en siège et à la fin elle était même assise telle un bouddha, les pieds en tailleur !!

J’ai décidé de faire mon possible pour l’aider à se retourner et ainsi privilégier un accouchement par voie basse au lieu de devoir accoucher par césarienne.

Je suis allée voir un ostéopathe, j’ai essayé l’acupuncture et pour finir ce que l’on appelle « la VME » (version par manoeuvre externe).

Si je recommande aux mamans l’ostéopathe et l’acupuncture en revanche je déconseille à 1000% la version.

J’ai passé le pire moment de ma grossesse très clairement. Vous prenez rendez-vous à la maternité et une sage-femme place ses mains sur votre ventre et pousse au niveau des fesses de votre bébé pour les faire remonter et essayer de le faire tourner. A part appuyer terriblement fort cela n’a rien donné d’autre et je me suis retrouvée sous monitoring pendant plus d’une heure parce que ça m’a déclenché des contractions rapprochées et douloureuses.

On m’a demandé de faire une radio du bassin pour voir si un accouchement voie basse était possible et c’était le cas. Bon on m’avait quand même annoncé un bébé à 3.8 kilos.

Dernière échographie de contrôle et après on vous demande de faire un choix : programmer une césarienne ou essayer un accouchement par voie basse en siège…

Je peux vous dire que j’en menais pas large, c’est une décision difficile à prendre. On pense à soi mais aussi et surtout à l’enfant. Je rêvais d’un accouchement « normal » de me dire que ça y est notre bébé était prêt à venir nous rencontrer et j’en suis à me dire qu’on va peut-être devoir le faire sortir sans que ce soit son choix. C’est dur.

On a pris le temps d’en discuter ensemble et moi de voir à quoi j’allais être confrontée dans quelques jours. C’est finalement un choix hyper personnel.

Au début je vivais l’idée d’une césarienne avec un sentiment d’échec et de culpabilité… J’avais le sentiment que je n’allais pas vraiment mettre mon bébé au monde.

J’ai finalement décidé d’accoucher par césarienne parce que je n’ai pas souhaité prendre de risque, ni pour moi ni pour notre bébé. J’ai fait ce choix en connaissance de cause et en étant notamment renseignée sur les risques de cette intervention chirurgicale.

C’est bizarre de se dire qu’on sort de l’hôpital en connaissant la date de naissance de son enfant alors qu’il est encore bien chaud…

En revanche j’admets que si j’avais eu à vivre une césarienne en urgence mon discours n’aurait peut-être pas été le même, pour notre fille j’étais préparée et c’est une grosse différence.

Accoucher par césarienne : notre jour J

Je n’ai rien dormi de la nuit, j’ai rangé sa chambre pour la dix millième fois et astiqué tout l’appartement également pour la dix millième fois !!!

Je vais accoucher par césarienne mais je vais accoucher, on va rencontrer notre poupée ❤

Arrivés à la maternité de la Croix-Rousse à Lyon on nous prend en charge rapidement.

Vérification du dossier, échographie de contrôle, tenue pour nous deux, perfusion pour moi et let’s go ! On se retrouve en salle de réveil et on réalise que dans quelques minutes on va être parents.

Vers 9h dernier bisous et je file au bloc, je suis un peu dans les vapes, je vois mon amoureux disparaître et je sens qu’il a peur. Il a passé les 45 minutes les plus longues de sa vie et les plus stressantes. Partagé entre la joie d’être papa et la peur de cet acte chirurgical. Surtout la peur de me perdre moi, de perdre le bébé ou nous deux… Quand on est venu le chercher dans la salle d’attente pour rencontrer sa fille il a eu du mal à se mettre debout !

Pendant ce temps-là au bloc j’ai eu droit à une rachianesthésie. J’avais entendu dire que ça faisait mal, je dirais plutôt que ça chauffe un peu mais rien qui fasse mal. Me voilà donc allongée sur la table d’opération avec un drap devant moi et j’attends.
C’est bizarre mais je n’ai pas peur, je ne pense à rien, j’écoute l’équipe médicale qui discute. Puis une dame vient me voir et me dit « on est le 13, personne ne voulait accoucher aujourd’hui, on est avance, votre césarienne est un véritable cas d’école alors je me demandais si on pouvait faire venir des internes ». J’ai dit oui sans même réfléchir. Je me suis retrouvée entourée de filles, une ambiance sérieuse mais sereine, un petit air de Happy de Pharell Williams fredonné par le seul homme de la pièce.

Tout d’un coup je sens une pression sur mon ventre, je demande alors à la dame qui est restée près de moi si ça a commencé ? Elle me répond oui on vous a incisé, on voit les fesses de votre bébé et dans quelques secondes il sera là.

Mon dieu les larmes montent, j’entends son petit cri, il est 9h44, je suis maman !!! On me présente notre fille, toute petite et toute chevelue, c’est bien trop court mais magique ! Elle part rejoindre la pouponnière pour être toute belle et on me l’apporte un peu plus tard toute emmaillotée, on me l’a pose près de mon visage, je lui fais un bisou. J’ai envie de la garder pour moi mais je sais que son papa attend et je ne veux pas qu’il stresse une minute de plus donc je demande au personnel d’apporter Elsa à son papa. De mon côté je relâche la pression, je me sens complètement stone et je pleure !

Je n’ai aucune douleur, je sens parfois qu’on bouge mon ventre, qu’on appuie desssus mais rien de plus. Quand j’entends le bruit des agrafes je comprends que c’est la fin et que je vais retrouver ma famille ❤

accoucher par césarienne

L’après césarienne

Je suis restée au moins une heure en salle de réveil, pas de douleurs particulières. J’ai cependant eu une mauvaise réaction à la morphine, dès que j’avais le buste relevé je vomissais mais allongée ça allait. L’anesthésiste était surprise, elle est passée à plusieurs reprises pour surveiller cela et dès le lendemain plus rien.

De retour en chambre j’étais littéralement alitée et branchée à une sonde urinaire. Un peu fatiguée mais pas de douleurs particulières. En revanche j’étais incapable de toucher ou de regarder ma cicatrice.

Je suis restée allongée dans mon lit à regarder mon amoureux tenir notre fille dans ses bras et j’ai profité d’eux ❤

Je ne garde pas un super souvenir de la maternité, je n’ai rien à dire sur la Croix Rousse ou le personnel, j’avais simplement envie de rentrer chez moi au plus vite et commencer cette vie à 3.

J’ai toutefois quelques regrets même si ce moment reste magique :
– j’étais seule dans la salle d’accouchement
– je n’ai pas pu faire de peau à peau dès la naissance
– notre première rencontre n’a même pas duré une minute
– je n’ai pas assisté au test de ses premiers pas
– j’ai été alité pendant 24 longues heures et heureusement que mon conjoint était présent parce que j’aurais mal supporté de laisser notre fille au personnel de la maternité même si elles étaient toutes bienveillantes

Enfin, les mamans sachez que ce n’est pas parce que vous avez accoucher par césarienne pour votre premier enfant que ce sera systématiquement le cas pour votre deuxième enfant. Je vous dirais ce qu’il en est pour nous lors de l’arrivée de notre deuxième baby en avril 2019 ❤

Cet article vous a plu ?

N'hésitez pas à donner votre note, c'est important.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...

Article rédigé par:

Charlotte

Je suis une blogueuse de 30 ans, passionnée par le web et ses petits secrets qu'il réserve. J'adore cuisiner et trouver des nouveaux endroits à visiter, à Lyon ou j'habite ou lors de mes voyages.

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *